Les reins sont des organes indispensables dans l’évacuation des déchets urinaires.

 

Alors, pour éviter l’apparition des tumeurs, il est primordial de procéder à des examens cliniques une fois l’an pour éviter la progression des lésions cancéreuses.

 

Même si le cancer ne représente que 2% des cancers en général, il est à noter que 190 000 cancers du rein sont diagnostiqués chaque année dans le monde et il est plus répandu chez les patients de 50 à 70 ans.

 

Aussi, une prise en charge précoce permet d’obtenir des résultats dans 90% des cas.

 

Prévention cancer du rein

 

Une tumeur rénale solide a plus de chance de développer un cancer du rein surtout si le diagnostic est assez tardif. Or la lésion du rein la plus affectée est le kyste et aucun examen sanguin ou urinaire ne permet de déceler le cancer du rein.

 

L’échographie et le scanneur

 

C’est un examen qui permet de détecter la présence des kystes cancérigènes au niveau des reins par imagerie. Le cancérologue examine l’image obtenue pour vérifier s’il y a des zones qui sont anormalement développées. Il peut être associé à une IRM pour confirmation des résultats.

 

Formes héréditaires

 

Les familles présentant des affections héréditaires telles que la sclérose,de Bopurneville, le syndromede Birt-Hogg-Dube en plus des tumeurs rénales doivent subir des tests réguliers au moins une fois l’an parce qu’elles constituent des sujets à risque à surveiller afin de prévenir des cas de cancers du rein.

 

Malgré tout, les cancers du rein héréditaires sont assez rares et ne représentent que 2% des cas de cancers du rein.

Des recherches prometteuses

 

Des chercheurs coréens ont mis au point un nouveau diagnostic qui consiste à déceler la présence de trois protéines marqueuses de la présence d’une tumeur rénale.

 

C’est son caractère à détecter trois biomarqueurs à la fois qui en fait de ce test fiable capable de dépister de manière précoce un cancer du rein.

 

Symptômes et traitement du cancer du rein

 

Chez un patient atteint de cancer du rein, on retrouve fréquemment l’hypertension artérielle, les céphalées et des fièvres qui apparaissent inopinément.

 

Tous ces symptômes doivent alerter le sujet à se diriger vers un centre hospitalier pour subir des examens.

 

L’opération chirurgicale est la plus employée pour traiter le cancer. Elle consiste à une ablation partielle ou totale du rein atteint par la tumeur. Mais le médecin doit bien expliquer au patient les risques qu’ils encourent face à un tel traitement.

 

La radiothérapie et la chimiothérapie cette fois-ci sont inefficaces pour traiter ce type de cancer.